Jump to ContentJump to Main Navigation
The Colloquy of MontbéliardReligion and Politics in the Sixteenth Century$

Jill Raitt

Print publication date: 1993

Print ISBN-13: 9780195075663

Published to Oxford Scholarship Online: October 2011

DOI: 10.1093/acprof:oso/9780195075663.001.0001

Show Summary Details
Page of

PRINTED FROM OXFORD SCHOLARSHIP ONLINE (www.oxfordscholarship.com). (c) Copyright Oxford University Press, 2017. All Rights Reserved. Under the terms of the licence agreement, an individual user may print out a PDF of a single chapter of a monograph in OSO for personal use (for details see http://www.oxfordscholarship.com/page/privacy-policy). Subscriber: null; date: 26 February 2017

(p.203) Appendix 2 Instrument

(p.203) Appendix 2 Instrument

Source:
The Colloquy of Montbéliard
Publisher:
Oxford University Press

[*—First page from a bundle of correspondence in which this letter is #4—*]

1586 \ Discussions avec plusieurs bourgeois

1587 / et quelques refugies francois au sujet de la ste. Cene. 16 pieces.

[*—From the last page identifying this particular letter—*]

  • Requeste
  • de Mre. Leonard Mayre, touchant
  • ľacte par luy donné aux Sres.
  • françois.
  • 13 dec. 1586.
  • [*—Main text, page 1—*]
  • A tresillustre, hault et puissant
  • prince et seigneur Friderich,
  • par la grace de Dieu comte de
  • Wirtemberg Montbeliard.
  • Tresillustre Prince, Leonard Maire, votre
  • tres humble et tresobeissant subiect et serviteur,
  • notaire Imperial et procureur postulant en
  • ceste votre ville de montbeliard depose en
  • toute reverence et sincerite a votre E[xcellen]ce qƽil
  • y a environ trois semaines q#x01BD;il fut mande
  • par Messrs, de votre Conseil et interrogue
  • sʼil nʼavoit pas la minute ďung acte donnéaux
  • françoys qui se sont retirez par-deça soubz la
  • protection de votre Efxcellenjce ďung certain
  • pourparler que fut faict entre eulx et feu
  • Mre. Richard Dynot et Mre. Samuel Cucuel,
  • ministres en ceste ville, le sambedy veille
  • du jour de Pasques dernierement passé, a
  • quoy le suppliant respondit promptement quʼouy,
  • (p.204) ne se sentant culpable de rien en sa conscience.
  • Et en appourta incontinent une copie a mesdits
  • Srs. que contenoit en substance une requeste
  • que faisoyt le Sr. de Vezines au nom de
  • tous les françoys pour estre receuz a
  • communicquer avec les bourgeois de ce lieu au
  • sainct sacrement de la cene, et la responce
  • faicte par lesdits ministres, selon qƽil est prefsenjté (?)
  • plus au long audit acte. Et apres ledit pourparler
  • fini, et que lesdits Srs. ministres de ce lieu furent
  • retirez, ledit Sr. de Vezines sʼaddressa a Mre.
  • Girard Charpiot, notaire, et audit suppliant, et
  • leur demanda une acte dudit pourparler, leur
  • faisant entendre que moyennant ledit acte
  • ilz communicqueroient tous a la cene et sans
  • icelluy que personne ďentre eulx nʼy communicquereoit
  • parce que lesdits ministres avoienté
  • [*—page 2—*]
  • quilz ne condamnoient les eglises de France et
  • au reciprocque lesdits françoys qu ilz ne condamnoient
  • les eglises dudit Montbeliard que seroit cause
  • ďune concorde entre lesdits eglises, a quoy ledit
  • suppliant, meu ďung zele et affection a la gloire
  • de Dieu pour laquelle il a quicté sa patrie et
  • son bien puis quinze ans encea aiant dès ledit temps
  • fait sa residence actuelle en ce lieu soubz votre
  • obeissance, accorda avec ledit Charpiot de donner
  • ledit acte en presence des tesmoiings qƽavoient esté
  • presens audit pourparler et qui sont denotez audit acte.
  • En quoy il nʼa extirné ny peuste faire faulte,
  • moings offenser ou mesprendre envers votre
  • E[xcellen]ce, a laquelle il a tousjoursé obeir
  • et y perseverer toute sa vie. Lequel acte fut
  • dressé, minuté, et escript par Mre. Andre Floret,
  • jadis ministre en cedit lieu, qui ľapporta audit
  • suppliant pour le signer. Mais, comme il y
  • avoit obmis quelques motz que le suppliant
  • extimoit estre de la substance dudit pourparler
  • quoy qƽil ne soit versé aux termes de theologie,
  • il les y adjousta de sa propre main en la
  • presence dudit Floret comme il se pourra voir
  • par ladite minute. Quant au reste comme il
  • luy sembloit que sʼestoit les mesmes propos que
  • avoient esté leus in ladite assemblee, du moings
  • en substance, il le mist au net et en donna
  • (p.205) une copie audit Floret pour la monstrer et
  • communicquer et la faire signer ausdits ministres
  • pour servir de prothocolle, ce quʼil promist faire.
  • Et de faict, a entendu que elle avoit este monstree
  • audit Mre. Richard, et que celluy declara qƽelle estoit
  • bien en presence ďaulcungs desdits Srs. frangoys, et qƽil
  • nʼy avoit rien treuvé a redire. Que si elle ne
  • fut aussi monstree audit Mre. Samuel en cela ledit
  • Floret auroit surprins et circonvenu ledit suppliant
  • qui nʼen a jamais heu ny esperé aulcung proffit.
  • [*—page 3—*]
  • Et sʼil y avoit faulte, elle procederoit plus
  • de la simplicité et zele dudit suppliant
  • et par la captiosité et surprinse dudit Floret
  • que pour dol ou ou sinistre volunte, nʼy aian
  • ledit suppliant studieusement ou malicieusement
  • aulcune chose obmis ny adjousté a la faveur
  • decue, que ce soit comme il le jurera
  • et affermera (?) en sainne conscience devant
  • Dieu et par-devant votre E[xcellen]ce sʼil en est requis.
  • Et sʼil plaict veoir ladite minute
  • escripte de la main dudit Floret, le suppliant
  • la rendra et delivrera a toutes les fois quʼil
  • plaira luy commander. II supplie donques
  • bien humblement avoir bening egard a son
  • innocence et ne lui rien imputer dudit faict.
  • Et qƽil plaise a votre E[xcellen]ce lui pardonner
  • par sa doulceur et benignite accoustumee,
  • si en ce elle se retrenne aulcunement
  • offensee, que seroit advenu plus par mesprinse
  • que de propos deliberé. Nʼayant ledit suppliant
  • chose en ce monde apres la gloire et le service
  • de Dieu en plus grande recommandation que
  • de rendre service aggreable a votre E[xcellen]ce,
  • en quoi il ne vouldroit espargner sa propre
  • vie selon que mesdits honorez Srs. de votre
  • Conseil, suffisans tesmoings de ses versations
  • et depourtemens, en pourront assurer votre
  • E[xcellen]ce pour laquelle il priera tousjours de
  • plus en plus ľeternel Dieu et souverain
  • createur, la vouloir maintenir et conserver
  • en toute prosperite et grandeur avec toute
  • votre genereuse maison. Actum a Montbeliard
  • ce 13e decembre, anno 1586.
  • Maire. (p.206)

Notes:

I owe the corrections of my transcription and the final form of this document to Glenn Sunshine and Tom Lambert, students working under the direction of Robert M. Kingdon. Accents have been added only when necessary to distinguish two possible meanings of a word.